Maladie

On va tous y passer.

Octobre 2017
Vidéo 5 minutes

L’artiste révolté ou domestiqué?

Ancienne usine Mittal, Dudelange
Luxembourg

Décombres

   

Février 2017
Performance 1h
Messe grise avec le collectif chôSe
Buktapaktop, Bruxelles
« Quelqu’un est mort tout près d’ici.
Je ne sais plus si c’est un voisin, ou moi, ou quelqu’un dans un livre. »
Comme à la radio, Brigitte Fontaine

L’inauguration


Novembre 2016
Performance de 20 minutes avec un iPhone 6
Galerie Heure du Siège, Valenciennes
C’est un grand jour, je me suis enfin payé un smartphone. Ma main sous un tissu serré d’un ruban rouge, j’entame un discours très officiel. Quand je coupe le ruban, le tissu tombe, une projection se déclenche sur mon visage, je suis hypnotisée, et bim l’iPhone se met à parler. C’est son tour pour le discours : « c’est un grand jour j’ai enfin réussi à faire d’elle mon esclave. »

Après tout ça, je ne suis plus la même. Je m’appelle maintenant Lisa Cooleur. Mon sérieux s’envole. Je suis emballée. J’interpelle les spectateurs à faire ami ami sur facebook. Je deviens complètement obsédée par mon téléphone et par ce qui se passe sur les réseaux sociaux. J’oublie le public. Puis ça commence à mal tourner, je deviens jalouse de la vie des autres. De temps en temps, mon ancien moi me laisse des messages et essaye de me mettre en garde, mais ça marche pas. Quelqu’un m’appelle et je m’éloigne pour répondre.

Ça prend une vie


2016 performance en collaboration
avec Timothée Nay et Frédéric Déotte
Festival Parade! Myriam Makeba day, Caen
Timothée Nay marche et danse sur un beat de Voguing ralenti. Carole Louis cause de genre sexualité racisme et relations coloniales. C’est l’Occident qui s’assoit sur une chaise. Frédéric Déotte la fait grincer.


 
 

(extrait du texte)
« Quand mon père a fêté ses 40 ans, on a organisé une grande fête à la maison. Papa était habillé comme Tintin, il portait un costume complet beige à manches courtes et un bermuda. Et moi j’étais maquillée tout en noir, je portais un petit pagne orange fluo avec de la fausse paille jaune en plastique. »

Cocktail


Octobre 2016

Performance-lecture 15 minutes
Jus d’orange, paille géante, peignoir, maquillage orange, montre
Messe orange avec le collectif chôSe et radio O Lavoir Moderne, Paris
Une femme en burn-out prend des vacances forcées.
Si tu arrives à l’heure à la réunion tu feras du pied au patron.
Si tu traverses le bureau dix fois en diagonale sans respirer tu pourras déboutonner ton décolleté.
Si tu ne te laves pas les cheveux pendant un mois tu auras droit à de nouvelles chaussures Prada.
Si tu ne bois pas d’eau de toute la journée, tu mangeras un hamburger, avec des frites, et de la sauce Brazil.
Si tu donnes de l’eau aux plantes, tous les jours sans interruption, tu pourras prendre un verre avec ton collègue préféré.
Si tu ne bois pas d’alcool pendant trois semaines coucher avec lui.
Si tu ne te touches pas la chatte de toute la journée tu pourras l’appeler ce soir.
S’il se connecte encore une fois sur Facebook, envoie-lui un message.
Si pour la quatrième fois tu dois redémarrer l’ordinateur alors cesse de lui répondre.
Si sa voiture est garée à droite du parking invite-le à dîner.
Si tu as réussi à remplir toutes les cases du formulaire ajoute-le en ami.
Si dans 58 secondes, le soleil ne réapparaît pas, tu t’en vas avec une balle de pingpong dans la bouche.
Si le soleil s’efface dans 30 secondes tu te jettes dans l’escalier.
Et si j’arrêtais de travailler.

Tu prends la porte


Performance deux heures
Juin 2016, Académie des beaux-arts de Marche-en-Famenne, Belgique
Une nouvelle fonctionnaire occupe le bureau de la directrice. Elle dirige la conception des idées. Assise devant une armée de stabilo jaune fluo, elle décide de ce qui est beau ou laid, de ce qu’il faut ou non penser de l’art. Ses archives de glaise sont éparpillées à qui vient demander une information. La boîte aux lettres vomira du papier broyé.

   

Nicht mehr lange


In situ installation and performance in progress
HAUS#99 during art Basel 2016
Here is the foundation, at the very bottom, in the cellar. Through the well, we can sink even deeper. Ten meters down, there is water. Somebody digs to uncover it. Shards of glass are extracted from it. Bottles found whole are exposed as precious relics. The ground enters through windows and begins to bury the house. It is the beginning of the end. Inside the well, you believe you could die, every second, the ground could collapse, the water might gobble you up.
The house is condemned. I enrobe its walls. I am searching for the threatening thought of inert distress.
I give the house a last rite before its extinction.

     

     

Faux départ


Mai 2016 performance trois heures et installation sonore
Soirée Boundaries Crash-test au Brass, centre culturel de Forest, Bruxelles
Assise à son bureau, une hôtesse lance des annonces qui résonnent dans l’espace comme dans un aéroport. Les informations tournent à l’injonction métaphysique. Les règles extrêmes la rattrapent. Elle se dissout dans une régression que suggère l’emprise infantilisante du système dont elle symbolise la voix.

      

Faceball


Performance 15 minutes
Janvier 2016, messe rose
avec le collectif chôSe
L’amour, Paris
Parade nuptiale avec une boule à facettes.
Ça tourne mal.

Modem

Octobre 2015 performance 1h30
avec Charles Pennequin, Camille Escudero, et Lauren Rodz
Les ateliers Mommen, Bruxelles
Modem est une tentative d’incarner internet en personne.
Comment se comporterait-il en humain ou animal?
Il chante son cri de connexion comme un coq.
Il court d’un point à l’autre pour vite transmettre une information.

Büro Lokal


2015 Nomad Workshop
Wiltz, Luxembourg
Le Büro Lokal était une agence touristique fictive en burn out.
Des messages étaient diffusées sur les panneaux informatifs de la ville de Wiltz.

Only one cent please!


Performance 3h
Juin 2015, Concordes Performances, Bruxelles
A business man behaves as a zoo captive animal in a courtyard below. One cent coins inside a bowl placed on the bar are provided to throw to him as peanuts given to animals. He walks on his knee, turns in circle, tries to sleep, then suddenly wakes up when a coin hurts one of his mess tin. Then he sometimes roars, he rings the coins as asking more.
Dormant dans les feuilles de bronze, un business man en banqueroute se débat dans sa cage et hurle quand on lui lance une pièce en guise de cacahuète.

   

  

       

Y voir clair


Performance 2h30
Décembre 2014, Ateliers Claus, Bruxelles
Deux entités interdépendantes dialoguent dans un même corps en traçant leurs pensées dans la buée. Elles luttent pour la vérité. L’une incarne la logique, la raison, l’efficacité, l’autre se situe du côté des émotions et du ressenti. Elles s’épuisent l’une l’autre dans un combat existentiel sans fin.

7 tours


2015
langue en silicone, moteur
Un exo-organe pour pallier aux manques affectifs.

Iatromantis


Iatromantis
2014 Impasse-temps Bruxelles
Dans l’antiquité grecque, il existait une méthode de soin nommée incubation. On passait une nuit dans une grotte sacrée gardée par un initié, le Iatromantis. Les rêves étaient un message envoyé par les dieux amenant la guérison. Iatromantis est ici couché au fond du trou d’où l’argile des briques a été extraite. Un mur transpercé ouvrait le passage à l’exposition. Les lumières soudain coupées, il en sort avec une lampe frontale. Le faisceau lumineux passae sur le visage des spectateurs un instant éblouis. La lumière dévoile des objets, reliques de vœux, d’obsessions guéries. Une quantité d’objets contemporains divinisés comme des ex-votos: mégots de cigarettes, chaussures à talon, walkmans,… Le faisceau lumineux de la lampe se change en celui d’un projecteur et au plafond défile le songe messager des dieux.


              

Table rase


2013
céramique émaillée
Académie des Beaux-arts de Saint-Gilles, Bruxelles
Comment mieux se disputer à table.

      

 

The market coal stall


HIDDEN PLACES & IDENTITIES 2012
Parallel Events Manifesta9
curated by Michela Sacchetto & Francesca Berardi

Installation : wood, fabric, coal mold in polyester resin, mixed media
Performance with sound
during the market time

The performance happens on Saturday morning at the heart of the Vennerstraat market. Like a stall, besides the vegetables, dresses and other goods hosts the witch Putheks tells her story to anyone who will listen. Like market gardeners, she incites passers-by to buy their product: pieces of precious magic coals.
In 1725, a poor illegitimate girl born in Eksel, named Catheleyn Cuypers or Leyn Weckx, was accused of arson. She was tried for witchcraft and sentenced to burn at the stake. But during the journey towards the place of execution, she managed to escape and mysteriously disappeared into a hole. From that escape originates her name, the Putheks, the witch of the hole. For centuries, people held her responsible for all that was unexplained. When the mines were established in Genk in the early 20th century, the Putheks started a new life. People use to say that she lived in the mine galleries and persecuted the miners in their work.

      

Demain

 
3 h performance,
 29 silkscreened papers
2011 En suspens La Non Galerie Royale Bruxelles
Jour après jour se lever pour se mettre à la tâche,
ouvrir sur le bureau la boulette en papier prise sous l’oreiller.
Demain j’y arriverai.
Ensuite se recoucher, dormir jusqu’au prochain réveil.
Et recommencer.
On rêve de ce qu’on a à faire le lendemain, mais le lendemain nous échappe.

Au clair de l’œil


2009
lunettes, acier soudé, gyrophare
Toutes les couleurs sont permises 
à condition que cela n’empêche pas le commerce

Szczecin Museum of contemporary art
, Pologne
Un présentoir publicitaire projette son alarme lumineuse et transmet sur le mur les ombres des lunettes qu’il supporte.

Through thousands


2007 
straws, strap
Toutes les couleurs sont autorisées à condition que cela n’empêche pas le commerce
2011 Galerie Hoffmann Frankfurt Allemagne
2009 Szczecin Museum of contemporary art Pologn
2008 BWA Katowice Pologne
2007 Atelier 340 Bruxelles
When you look from far, you can see a dark disk hovering in mid-height of the room. Coming closer, we see that the disk starts to become iridescent, and after a while it vanishes, turning into a transparent screen, a fine translucent film. As if pixellized the space becomes visible through a fragmented filter. However, by looking from another point of view, the multicolour straws will reveal their real nature and dimensions. There are no special effects here; on the contrary, it’s only an optical phenomenon resulting from the simple gathering of straws.