Glutamate

Glutamate

Chanson de Carole et les Louis

Carole Louis : chant et texte
Benoit Deuxant : percussions
Julien Meert : guitare
Jonathan Poliart : synthés et loops

Montage : Carole Louis et Julien Meert
Étalonnage : Maxime Tellier
Mix : Jonathan Poliart
Mastering : Jussi De Nys




Avec le soutien de la Fédération Wallonie-Bruxelles





Vendredi dépassé elle dévora des ongles
elle n’allait pas attendre pas le weekend ni les vacances
elle voulait varier de transpiration
elle questionna les ondes

elle voulait s’acheter la solution
le spray nouvelle odeur un parfum d’ailleurs
désodoriser du ronron
elle hésitait sur la direction
et perdait ses cookies en chemin

faut pas trop traîner longtemps penser
pour tourner les talons
sans quoi les prix montent comme la marée
elle se creusa la cervelle
et y planta un palmier

Il lui faudra une tenue de touriste
elle louera un bâton de ski pour faire la poule
qui picore la neige sur les plaques de galets
ligotée par son anorak de pacotille
elle plongera dans un marais
laver les arnaques
Elle dévalera des cascades en kawé
déguster du sorbet abricot sur le kayak
elle grimpera les pics de bakélite
avec ses potes croco
hydratée au granito
armée d’une batte protégeant des gorilles
elle oubliera son gosse
en haut des bosses
la tension baisse
en sirotant des toniques mojitos
en suçant un coton-tige avec
son amant photo posés à l’hôtel
passage parfait pour la pause selfie
sans passer par la case les transats se croisent
prélassés massage matelas sans se lasser
elle fait que passer son projet c’est pas se caser
mais se casser
reste plus qu’à cocher
la destination
elle achètera des pastilles à la pastèque
pour l’avion
elle cassera des croûtes au bord des criques
craquera tantôt pour un croc aux anguilles
tantôt pour un crac des œufs à la coque
à la haute saison elle habitera une hutte en carton
dans un village vivant pour oublier la pollution
elle boirait un coca au sommet de l’Himalaya
même les cerfs-volants de Wallonie
gagneraient en cachet
ça devient vital la déconnexion
il lui faut des lianes et des orties
pour se piquer les tétons
elle visitera des sarcophages de scarabée
des marécages saccagés
en hélico sous l’orage parachutée du cargo
elle ramènerait à la nage des potiches
des crânes factices assaisonnés au pastis
pastiche et aux pistaches tachetées

Plutôt que chercher des annonces
elle s’est laissée voguer
elle a pris une pirogue
pour un trip sur Piratebay
elle voudrait comprendre des langues
c’est plus pratique pour voyager
Elle glisse sur l’asphalte
les pieds attachés
à des lattes de parquet
elle laisse tout passer
à force de tapas
la tourista la tapisse
ses amis les rapaces
dépérissent
ses cactus trépassent
elle a le mal d’un pays
loin des moles
elle est trop molle
pour se faire la malle