Ça prend une vie d’apprendre à marcher



2016 performance en collaboration
avec Timothée Nay et Frédéric Déotte
Festival Parade! Myriam Makeba day, Caen

Timothée Nay marche et danse sur un beat de Voguing ralenti pendant que Carole Louis déclame un texte qui questionne genre et sexualité, racisme et relations coloniales. Écrit à la première personne, à partir d’anecdotes remontant jusqu’à l’enfance, il problématise l’appropriation de la culture Voguing par des blancs. Frédéric Déotte, qui nous rappelle que c’est l’Occident qui s’asseoit sur une chaise, la fait grincer.


 
 

(extrait du texte)

«Quand mon père a fêté ses 40 ans, on a organisé une grande fête à la maison. Papa était habillé comme Tintin, il portait un costume complet beige à manches courtes et un bermuda. Et moi j’étais maquillée tout en noir, je portais un petit pagne orange fluo avec de la fausse paille jaune en plastique.
Frédéric veut ralentir la vie. Je le prends au mot. Je ralentis le beat de voguing sur VLC, je l’enregistre sur mon Garage Band craqué.

Timothée termine un article sur la révolution haïtienne, la première révolte d’esclave réussie du monde moderne. Il ne savait pas comment écrire que CLR James est noir.
Timothée danse le voguing. Le voguing vient des Etats-Unis. Le voguing vient des pédés afro et des tapettes latino. Ils perdaient toujours les concours de dragqueen des blancs. Alors ils ont inventé leur propre compétition. Vogue comme le magazine. Ils posent comme des mannequins. Ils ont pas un balle, ces pédés de misère, alors ils jouent à être beaux. Ils se mettent dans la peau de celles qu’ils ne sont pas. Ils défilent. They walk.

Timothée danse pour ne plus parler. Une amie viennoise lui a dit : heureusement que t’as commencé à danser, t’étais tellement coincé avant. Timothée voudrait parler aux hommes du féminisme, mais en tant qu’homme comment parler. Du féminisme. Et en tant que blanc ? Comment parler ? Alors il danse.

Est-ce qu’en fait on voudrait pas devenir des noirs? Devenir aussi cool que des noirs. Les filles blanches veulent danser la danse africaine, elle veulent danser avec des noirs parce que les noirs ça danse, les filles veulent baiser avec des black parce qu’ils ont des grosses bites. Elles veulent leur petit métisse dans une poussette, pour pouvoir lui faire des tresses.»